Close

Le SANDA (boxe chinoise) 

à Villepreux 

chez Preux fight 78

Historique

Le Sanda est une déclinaison sportive et moderne des pratiques martiales chinoises très anciennes. On trouve des traces de son origine durant la dynastie Qin (221 à 206 avant J.C.) dans les combats libres qui se déroulaient sur une aire de combat : le Lei Tai 擂台, très proche de la plateforme qui prévaut aujourd’hui dans les tournois officiels (le Sanda se pratique aussi sur ring).

Début militaire

En 1924, le parti nationaliste chinois crée une académie militaire dans la région de Guangdong. Son but est de créer l’élite de l’armée. Le parti décide aussi d’entraîner efficacement ces soldats modernes au combat sans armes.

Ils souhaitent s’inspirer du système russe pour l’inculcation de la discipline, ainsi que pour l’endoctrinement, et les méthodes d’entraînement.

Vous l’avez compris la création du sanda en Chine s’est inspiré du sambo russe

Ils estimaient qu’une pratique dite compétitive avec application sport de combat était indispensable à l’entraînement des soldats.

Sun Yat-sen, dirigeant et leader du Guomindang a clairement déclaré vouloir apprendre de leurs méthodes, et engagea un certain Mikhaï Borodine. Ce dernier était chargé de diriger l’entraînement des soldats.

C’est sur cette base que le sanda aussi appelé sanchou est né et s’est ensuite développé.

Les Chinois codifièrent donc le sanshou sous ces 4 catégories :

Da (Percussions) : poing, paume, coude, doigts, tête.

Tui (coup de pied) : Coups de pied, genou, balayage.

Shuai (Projections) : Lutte, projections, amenées au sol.

Na (Saisies) : Saisies, clés, soumissions.

Le Sanda moderne

La réglementation sportive du Sanda est élaborée dans les années 1980 dans le but d’adapter cette pratique martiale à l’efficacité redoutable en sport de compétition permettant l’expression des techniques martiales chinoises tout en garantissant l’intégrité physique du compétiteur et en faire des guerriers aguerris.

Aujourd’hui en compétition les techniques autorisés sont :

. Da (percussions) : poing, revers, paume.

. Tui (coup de pied) : Coups de pied, balayage.

. Shuai (Projections) : Lutte, projections.

Attribution des points en compétition

 – Coup de pied exécuté au-dessus de la ceinture avec puissance et précision : 2 points

– Coup de pied exécuté au-dessous de la ceinture avec puissance et précision : 1 point

– Coup de poing au corps et à la tête : 1 point

– Projeter l’adversaire au sol sans tomber : 2 points

– Projeter l’adversaire mais tomber en même temps : 1 point

 – 2 projections en dehors de la plateforme : Round gagné